Occiden-dhal

D’origine indienne, le dhal est une soupe épaisse, épicée, à base de légumes secs « cassés ». On a en particulier l’habitude de voir la version à base de lentilles corailles, très visuelle. L’avantage de ce mode de préparation est qu’il facilite la digestion des légumineuses, et propose ainsi une source importante de protéines dans un régime principalement (voire exclusivement) végétarien.

Alors attention, jeu de mohoho ! Vous l’aurez bien évidemment compris, n’est-ce pas, c’est un hommage aux Teutons et à leur acceptation plus large que les Hexagonaux des pratiques « alternatives » et modes de vie saine.
Et oui, j’en profite pour revendiquer le droit de faire des blagues nazes sur ce blog… ;-)

En bref, je remplace les épices indiennes comme le cumin ou l’asafoetida de la recette traditionnelle, avec certains des indispensables d’une cuisine veggie « occidentale » : flocons de levure maltée, paillettes d’algues, sauce tamari, tahini et huiles vierges.

Pour adoucir si envie/besoin le côté légèrement amer de la préparation (sachant que tout se joue dans le dosage du tahini), on peut ajouter des fruits très mûrs coupés en tout petit cubes, comme de la mangue ou de la banane (en été) ou, plus adapté en hiver, un peu de lait ou de crème de coco ou, pourquoi pas, du miel ou du sirop d’érable en toute petite dose.

Ma base préférée est la lentille, qui ne nécessite pas de pelage. Mais il est aussi possible d’utiliser des haricots ou des pois chiches, qu’il suffit de faire tremper une nuit après avoir amené à une première ébullition afin de pouvoir retirer la peau avant cuisson. C’est évidemment plus fastidieux.

Je préfère utiliser autant que possible des légumineuses et de la sauce soja bio, afin de garantir l’absence d’OGM … même lorsqu’il s’agit de produits importés.

Pour 2 personnes (en entrée) ou 1 personne en repas complet :
– 160-200g de légumineuse (bio)
– 1 feuille de kombu (bio)
– 1-2 gousses d’ail
– 1 càs de tamari (ou sauce soja forte) (bio)
– 1 à 2 càc de tahini (bio)
– 1 càs de levure maltée
– 1 càc de paillettes d’algues
– 5 càs d’huile de qualité type noix et/ou olive (première pression à froid)
– facultatif : quelques gouttes de jus de citron
– facultatif : un peu de pâte piquante (harissa, wasabi ou autre)

Portez une casserole d’eau à ébullition avec les légumineuses, le kombu et les gousses d’ail (pelée et entaillée). Laissez cuire un peu plus longtemps que suggéré par l’éventuelle notice – 25 minutes pour des lentilles beluga par exemple, ou 2 heures pour des pois chiches – jusqu’à ce que leur consistence commence à se désintégrer.

Egouttez, ajoutez un demi-verre d’eau fraîche et les condiments, reposez sur la plaque encore chaude (mais plus pour très longtemps), afin que la soupe conserve sa chaleur. Mélangez avec une fourchette et profitez-en pour écraser grossièrement de son dos. Goûtez, assaisonnez selon vos préférences, rajoutez si besoin un peu d’eau pour nuancer la consistence.

C’est prêt. :-)

Attention, ce plat (très nourrissant) se sert fraîchement cuit : il perd de ses qualités lorsqu’il est réchauffé, même à feu très doux.

Om shanti, et bon appétit !

Publicités
Cette entrée a été publiée le 21 janvier 2012 à 11:49 . Elle est classée dans Comme une Soupe, Echappées Exotiques, Grands Classiques, Repas Complet et taguée , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :