Mercredi c’est raviolis (la prépa)

Ou l’épique épopée culinaire dans le royaume fantastique de la farine…

« La cuisine, c’est comme la mer, quand elle veut pas de vous, faut pas forcer. »
Proverbe végétarien (inventé ce soir)

Y’a des jours avec et des jours sans. Y’a des débuts de semaine sans, aussi.
Lundi: le paté campagnard veggie avec de l’agar agar. Je vous épargne la recette. Fade. Puisque c’est ainsi, nous reviendrons
Mardi: l’aubergine gratinée. Fade. Puisque c’est ainsi, nous reviendrons
Mercredi: et si je tentais les ravioles maison…

« Un cuisinier averti en vaut deux. »
Je décline toute responsabilité quant aux tentatives non complètes, et gâchis afférent. :-P

Un petit mea culpa: je ne suis pas très calée en recettes avec farine, à part en ajout léger pour faire prendre une sauce. Je suis sans doute la seule personne que vous connaissez qui n’a pas mis de poudre à lever pendant des années dans ses cakes, en se demandant systématiquement pourquoi elle ratait toujours le sucré… Du coup, prise dans mon élan bobo du tout maison, je ne me suis même pas posé la question de l’engagement humain dans la fabrication de ravioles.

Oyez, oyez: l’huile de coude est ici un ingrédient clé, ainsi que le temps.
Ils ne sont pas listés dans la recette d’origine.

D’ailleurs, rendons à César ce qui appartient à César.
Cette aventure n’aurait jamais eu lieu si une certaine Sandra Mahut (métier: auteur et styliste culinaire) n’avait pas écrit un opus dans la collection Les Petits Plats de Marabout: « Mes Ravioles Maison ».
Je voudrais rencontrer Sandra. Je suis en admiration totale et éternelle quand je tente d’estimer le nombre de plaques de ravioles qu’elle a dû préparer pour illustrer le satané bouquin.

Sandra: si ce blog arrive un jour jusqu’à toi (Ô Soeur de Ravioles Maison, on peut bien se tutoyer non?): amen.

Bon, je sens que vous y tenez, à la recette. Si vous allez au bout de l’expérience… invitez-moi à dîner. Ou envoyez des photos !

—————–

Étape préliminaire: trouver un moule à ravioles.
Et oui, on ne s’embarque pas dans l’aventure sans l’arme de choc. Mensurations: 30 cm de long, 13,5 cm de large, 36 empreintes.
J’ai trouvé au BHV, j’ai acheté, y’a un mini rouleau à patisserie avec. Bon, vu l’utilisation répétée qu’on n’en fera pas, à l’achat c’est quand même pas donné (un peu plus de 20€). Donc je veux bien vous prêter le mien. Ou peut-être je vous le loue?

Il vous faudra, en plus du mini rouleau, un vrai grand rouleau à patisserie.

—————–

Les ingrédients pour la pâte (5 plaques)
250g de farine
1 gros oeuf
1 càc de sel
80ml d’eau froide
1 càs généreuse de ras el hanout

Comme quoi toute recette peut être modifiée sans en changer l’esprit, voici quelques adaptations à la recette d’origine pour la pâte, vu les moyens du bord :
– J’ai fini mon paquet de farine blanche (bio), et complété avec de la farine complète (itou).
– Faut croire que les poules bio pondent des oeufs plus petits. Du coup, j’ai compté un oeuf entier, et le blanc d’un autre, en gardant le jaune pour la farce.
– Pour l’eau, ça équivaut à 4 cuillères à soupe.
– Le ras el hanout est mon addition à la recette orthodoxe. Ajout modifiable et modulable.

—————–

Les ingrédients pour la farce.
C’est librement adapté de propositions de Sandra:
– une faisselle de brebis (bio)
– une moitié d’avocat
– le jaune d’oeuf
– une grosse lamelle de comté rapée
– du basilic séché (en poudre)
– sel et poivre
N’hésitez pas à modifier. Il faut, en gros, autour de 60g de farce, d’une consistence crémeuse.

Mélangez le tout dans un bol – avec une fourchette ça aide pour écraser l’avocat.
Le sel et poivre c’est selon vos préférences.

—————–

Tamisez la farine dans un saladier, ajoutez-y le sel et les épices.
Dans un bol, mélangez les oeufs et l’eau, battez jusqu’à faire comme une omelette.
Ajoutez les oeufs au mélange farineux.

Là, dans la recette d’origine, j’aurais pu commencer à me douter du piège quand Sandra compare la texture de la pâte malaxée à celle du lobe de l’oreille… Mais non.

Alors, on met les mains dans la mixture, et on malaxe. Et on malaxe. Et on malaxe.
Faut que ce soit bien de la même consistence dans toute la boule de pâte.

Ici, Sandra vous dira qu’il faut laisser reposer 1/2 heure.
Moi je dis que c’est pas la peine: le temps que vous arriviez à la finesse requise de la première feuille, la pâte se sera bien reposée. Vous pas.

—————–

Préparez le plan de travail:
– un gros tas de farine tout près de là où vous allez rouler sur la pâte. Dans mon cas, de la farine de quinoa. Qui se révèlera, à la fin de l’expérience, périmée depuis avril 2010…
– à proximité: du papier sulfurisé, le moule et le petit rouleau, un couteau, une petite cuillère, un lieu pour empiler les plaques, un bol (ou le saladier du début) pour stocker les surplus de pâte (pour la 5e plaque).

A suivre: 2ème partie

Publicités
Cette entrée a été publiée le 14 septembre 2011 à 5:14 . Elle est classée dans Repas Complet et taguée , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :